Les animaux désorientés


Le pôle nord magnétique est maintenant déplacé  de  1,800 milles = 2,900 kilomètres.
La nature répond aux dérèglements environnementaux.
Voici ce qui arrive quand les animaux « perdent le nord ».


Les pluies d’oiseaux morts bouleversent le monde entier : enquête et conclusion  Voici un extrait de ce site :
« Enfin, et ma préférée, l’hypothèse développée par ornithomedia.com (site consacrée à l’ornithologie : science qui étudie les oiseaux).
Un article est consacré à ce sujet dans lequel l’auteur propose que ce sont des perturbations électromagnétiques, causes du phénomène. »

 


10 décembre 2010 – Ohio – un millions de corneilles en train d’agoniser


22 janvier 2011 – 4,300 canards morts de froid au Minnesota – n’ont pas fait leur migration vers le sud

http://www.youtube.com/watch?v=6zvP4fuc7hE&feature=relmfu



21 février 2011
107 baleines euthanasiées en Nouvelle-Zélande

http://www.youtube.com/watch?v=xCXzjgMiNxA&feature=fvsr


Il est parfaitement inutile que j’en ajoute d’autres – les hécatombes similaires parmi nos amis les animaux depuis 2 ou 3 ans ans sont tout simplement beaucoup trop nombreuses.

Ces quelques exemples suffisent pour démontrer que les animaux ne s’y retrouvent plus depuis que les pôles magnétiques ont changé de place.


 Nous avons déjà abordé dans plusieurs articles sur Ornithomedia.com le rôle du champ magnétique terrestre dans l’orientation des oiseaux. En particulier, nous avions cité les résultats d’une expérience menée en 2004 par Cordula Mora et d’autres chercheurs de l’Université d’Auckland en Nouvelle-Zélande démontrant que les pigeons voyageurs pouvaient détecter des anomalies du champ magnétique dans la mandibule supérieure de leur bec (lire Le rôle de l’odorat dans l’orientation de certains oiseaux).
Les conclusions d’une étude menée par des chercheurs allemands publiées en 2010 confirment l’existence dans la mandibule supérieure de tous les oiseaux (et pas seulement des migrateurs) de dendrites (prolongements du corps cellulaire des neurones) possédant des structures riches en fer qui serviraient de magnétomètres. Les données récoltées par ces récepteurs seraient transmises au cerveau qui élaborerait ensuite une carte magnétique.

Source = http://www.ornithomedia.com/infos/breves/breves_art1_189.htm

Publicités